Le bonheur n'est plus dans le pré.

Lettre ouverte à un homme casqué, tout de noir vêtu,
armé d'une matraque et d'un fusil lance-grenades,
en face de qui je me suis trouvée et à qui j'ai parlé...
 
Mais m'a-t-il seulement entendu ?

Nous marchions confiants, scandant nos pas de chansons. Nous formions un cortège pacifique et coloré, d'hommes, de femmes, d'enfants, nous ne portions sur nous aucun outil tranchant, Monsieur tout de noir vêtu, je peux l'assurer. Je n'avais rien de menaçant, je foulais la terre de Gascogne, rien ne pouvait m'arriver, pensais-je simplement. Le maire de Solomiac avait prononcé un arrêté excluant de sa commune des essais de plantes génétiquement modifiées suivant l'avis de la majorité, respectant le voeu de 70% des Français, prudents quant à l'introduction des OGM dans l'alimentation. Le président du Conseil Général du Gers nous avait assuré que lui aussi souhaitait aller dans ce sens. Le bonheur est dans le pré, m'avait-on souvent répété.

Monsieur, vêtu de noir, vous ne m'avez pas entendu, vous ne m'avez pas prévenu non plus quand vous avez tiré. J'allais sereine sur ma terre natale, dans le seul but de la préserver des marchands, dans le seul souci de préserver sa diversité pour la léguer à mes petits enfants.

Monsieur vêtu de noir, sachez que depuis six ans, j'ai agi dans le respect de la loi, j'ai lu, j'ai cherché de l'information car le sujet des OGM me préoccupait, mais voyez-vous l'information est difficile à trouver comme si l'on prenait garde à ne pas trop en dire sur les résultats de ces manipulations... Comme si le souci principal des gouvernants était de promouvoir les technologies elles-mêmes et non d'informer honnêtement les gens. Si vous aviez lu ce que j'ai lu, Monsieur, vous n'auriez pas tiré, j'en suis convaincue. Vous auriez marché à nos côtés.

Ecoutez ce qu'en disent des spécialistes :

Les procédés de transformation génétique ne sont ni fiables, ni contrôlables. L'introduction dans les cellules par des méthodes invasives donnent des effets imprévisibles, des anomalies chez les animaux, des substances allergènes dans les plantes alimentaires. Ces problèmes sont accrus par la grande instabilité des lignées transgéniques Beaucoup des sites de ruptures pour les réarrangements impliquent le promoteur 35S du virus de la mosaïque du chou-fleur CaMV, comme cela était prévisible du fait de sa propension à constituer un point chaud de recombinaison... On peut craindre un brouillage du génome et des transferts génétiques horizontaux c'est-à-dire à travers les barrières habituelles de reproduction qui définissent les espèces génétiques (Dr Mae-Wan Ho de l'Institut ISIS à Londres, Pr. Joe Cummings professeur à l'Université de Western Ontario au Canada)

Trop savants, ces propos me direz-vous? J'en conviens. Simplifions et écoutez encore :

L'année dernière, une centaine d'habitants d'un village du Sud des Philippines, proche de parcelles de maïs OGM, ont souffert de symptômes d'affaiblissement lorsque le maïs OGM se mit à fleurir.(1) Le professeur Terje Traavik de l'institut Norvégien des Gènes de Tromsoe a mis en évidence des anticorps de la protéine Cry 1 Ab produite par le maïs et active contre la pyrale, dans le sang de 39 habitants de ce village.(2) Le cultivar de maïs était Dekalb 818 YG, un hybride réalisé entre le maïs Monsanto Mon810 et un cultivar local adapté Dekalb 818. Les mêmes troubles ont été rapportés cette année.(3) (Dr MaeWan Ho de l'institut ISIS à Londres).

Les habitants de Solomiac et de Vic Fezensac ont-ils été prévenus des risques encourus à flâner près de ces parcelles?

Même si le discours scientifique est rébarbatif, il faut que vous entendiez que " l'utilisation des OGM dans l'alimentation présente un risque sanitaire majeur car elle compromet l'équilibre fragile des chaînes bactériennes en charge des échanges extra et intra cellulaires. Les premières études menées démontrent scientifiquement que la consommation régulière d'aliments OGM est la cause de maladies dégénératives et chroniques, qu'elle accroît la faiblesse générale de nos organismes et favorise les risques d'épidémies." (Dr Arpad Pusztai Institut Rowett en Ecosse, et Dr Bernard Herzog)

Le journal "Le Monde"(4) n'a-t-il pas eu en main des documents confidentiels révélant les impacts sur la santé du maïs OGM, décrit comme "très perturbant" par les chercheurs de la Commission du Génie Biomoléculaire : "Ils rapportent, à partir d'expérimentations chez les rats des malformations du rein et une augmentation des globules blancs chez les rats mâles, un taux de sucre élevé et une réduction des globules rouges immatures chez les rats femelles".

N'êtes-vous toujours pas ébranlé ? Bon, vous passez outre ces incertitudes scientifiques en matière de santé et d'environnement. Vous objectez qu'avec les OGM nous polluerons moins la planète. Je n'en suis pas sure, Monsieur, tout de noir vêtu. Il y a un abus de langage. Un maïs OGM Bt qui est dit résistant aux insectes prédateurs, résiste par le seul fait qu'il a été modifié pour produire lui-même l'insecticide. Ce n'est pas un maïs résistant à un insecte c'est un maïs insecticide, donc un maïs pollueur. Et qui plus est, la quantité d'insecticide produite par ce maïs est 10 000 fois supérieure aux 4 à 5 aspersions de Bt par saison!!! Tout simplement parce que la plante produit l'insecticide en permanence au lieu de réagir à un stimulus extérieur comme la piqûre de l'insecte par exemple... (Jean-Pierre Berlan, directeur de recherche à l'INRA)

Vous objectez qu'avec ces OGM nous nourrirons le monde entier, que la faim sera abolie. N'en croyez rien. La dissémination des OGM dans le monde détruira les cultures vivrières du Sud. L'agriculture prônée par les groupes agro-semenciers (colossales firmes vendeuses de semences, engrais, herbicides, pesticides et fongicides) ne diminuera pas la faim dans le monde, elle détruira l'activité de millions de paysans. A la dépendance alimentaire succédera la dépendance technologique et financière.

Monsanto a lancé au Canada la commercialisation d'un colza transgénique. Les agriculteurs cultivant cette variété brevetée s'engagent à ne pas réutiliser les graines issues de leur récolte. Ils sont contraints chaque année de racheter des semences à Monsanto. Afin de s'assurer de cet accord, Monsanto a recours à des détectives privés et encouragent les dénonciations. Les brevets des multinationales l'emportent donc sur le droit du paysan à disposer de ses propres récoltes d'une année à l'autre. Pire encore un agriculteur a réutilisé les semences de sa propre récolte qui avait été contaminée par des champs de colza transgénique proches. Monsanto lui a intenté un procès pour "utilisation frauduleuse de semences brevetées"... et l'a gagné ! L'intérêt des multinationales n'est sûrement pas de montrer la sécurité de l'alimentation OGM mais bien d'en vendre le plus possible et de contrôler l'alimentation de la planète.

Seule voie à un développement durable, permettre aux agriculteurs de réaliser eux-mêmes des essais agronomiques au sein de leurs exploitations, pour adapter leurs systèmes de culture aux conditions écologiques de leur région. N'imposons pas les mêmes variétés au monde entier. N'accroissons pas les dépendances. Tous les efforts des multinationales consistent à étendre la puissance techno-scientifique pour nous rendre dépendant d'une sorte de méga-machine dont nous ne serions que des rouages soumis à la volonté d'entités éloignées et insaisissables. (Alain Gras, professeur à la Sorbonne).

Vous objectez encore que les OGM aideront à produire des médicaments qui soigneront l'humanité. Sachez d'abord que "les préoccupations majeures en matière de production de molécules thérapeutiques produites par les OGM sont d'une part la contamination par une pollinisation croisée des autres récoltes destinées à l'alimentation et d'autres part la molécule elle-même, présente dans les débris de plantes et se répandant sous forme de poussière et de polluants dans les eaux de surface et de profondeur Le 11 novembre 2002, le gouvernement américain a ordonné à la firme de biotechnologies ProdiGene de détruire 18 000m3 de soja contaminés par du maïs transgénique conçu pour produire un médicament. Ainsi les promoteurs des OGM disent officiellement que le maïs et la soja peuvent échanger des gènes!" (Pr Joe Cummings professeur à l'Université de Western Ontario au Canada).

Monsieur vêtu de noir, je vous ai dit tout ceci mais vous ne m'avez pas répondu. Vous avez lâché votre chien policier, armé votre fusil lance-grenade et vous avez tiré sans sourciller pour protéger deux parcelles de maïs OGM appartenant à un complexe agro-industriel au risque de mettre en danger des hommes, des femmes, des enfants pacifiques animés par la conviction que dans le doute, il vaut mieux réfléchir encore.

Mes amis m'avaient prévenue. Ils t'arrêteront, ils exigeront des réparations, ils te mettront en prison. Monsieur, quand on a tout essayé et que l'on n'a pas été entendu, il ne reste qu'une solution, désobéir. Agir à visage découvert parce que c'est la seule solution qu'il reste pour montrer l'urgence de la situation, les risques en matière de santé encourus par les populations, les risques en matière de contamination encourus par la Terre. Ne devons-nous pas nous mobiliser contre toute atteinte au patrimoine de l'humanité? N'avons-nous pas le droit et le devoir de prendre position, de définir ensemble les programmes de recherches prioritaires, d'aller contre la privatisation des savoirs par le biais des brevets ?

Monsieur qui avez tiré, vous n'avez pas d'enfant, il ne peut en être autrement, sinon vous auriez posé votre arme, vous auriez tenu votre chien. Monsieur ne dîtes pas que je vous ai menacé, je suis venue les mains ouvertes et pourtant vous avez tiré. Vous m'avez blessée dans mon corps et dans mon cur. Et j'ai honte pour mon pays, pour ma terre gasconne qui n'a pu ce dimanche 5 septembre, par votre faute, jouer son rôle de terre d'accueil. Qu'on se le dise. Le bonheur n'était pas ce jour-là dans le pré.

 

 

Chantal Armagnac

septembre 2004

 


1. "Filipino islanders blame GM crop for mystery sickness. Monsanto denies scientist's claim that maize may have caused 100 villagers to fall ill" John Aglionby in Kalyong, southern Philippines, The Guardian, Wednesday 3 March 3, 2004 http://www.guardian.co.uk/gmdebate/Story/0,2763,1 160789,00.html

2. Traavik, T. Lecture to Special Biosafety Genok and TWN Seminar, 22 February, Kuala Lumpur, and personal communication.

3. "Despite ban, agriculturists can't stop farmers from planting Bt corn", Allen Estabillo, Minda News 23 April 2004 http://www.mindanews.com/2004/04/23nws- btcorn.html

4. "French experts very disturbed by health effects of Monsanto GM corn" GMWatch www.gmwatch.org 23 April 2004.